Nos derniers articles
Baby Blues de la toute nouvelle maman

Baby Blues de la toute nouvelle maman

Share Button

Retour à la maison, déprime post-natale

Parce que la naissance d’un bébé c’est aussi la naissance d’une toute nouvelle maman…
On vous en avait parlé et vous voilà plongée en plein dedans : le baby blues de la nouvelle maman touche plus d’une femme sur deux.
Un mélange d’explosion de joie et de déprime envahit la nouvelle maman en proie à des sentiments contradictoires et bouleversants.

Comment se manifeste le baby blues

Le baby blues survient en règle générale dans la quinzaine qui suit l’accouchement, mais peut aussi se produire au-delà.
Le baby blues se traduit généralement par des crises de larmes… vous pleurez sans vraiment savoir pourquoi, votre sensibilité est à fleur de peau et la moindre émotion prend des proportions toutes autres et vous plonge dans un grand flot de larmes.
La vue d’une photo de votre grand-mère, de votre famille peut suffire.
Des larmes qui peuvent aussi être associées aux rires, parfois incontrôlés. On rit, on pleure.
D’autres mamans peuvent également avoir des sursauts de colère face à des difficultés qu’elles ne soupçonnaient pas, un énervement contre ce petit bébé qui pleure et que sa maman ne parvient pas à calmer…

Les causes du baby blues

Les causes du baby blues peuvent être diverses et variées, elles peuvent également se cumuler.

Les bouleversements hormonaux : la grossesse produit sur l’organisme de la maman un changement radical au niveau de l’équilibre hormonal.  Les hormones produits pendant la grossesse voient leur taux chuter brutalement dans les 48 heures qui suivent la naissance de bébé. Un facteur qui accentue l’émotivité de bon nombre de maman quel que soit leur entourage, leur état de fatigue…
Les symptômes (pleurs…) peuvent parfois durer quelques jours seulement voire un seul.

L’angoisse accumulée au cours des derniers jours de la grossesse peut parfois être telle qu’une fois bébé né, la maman subit une chute de stress qui certes la soulage mais la déconcerte aussi. Malgré la grande satisfaction d’avoir réussi à donner naissance à son bébé, la mère se sent désarçonnée et dans un profond état de mélancolie.

La fatigue physique : Un accouchement long et difficile, des nuits entrecoupées de tétées à répétition, un retour à la maison avec toute une famille à gérer… autant de facteurs qui contribuent à la fatigue de la maman et peuvent conduire à son épuisement.

L’acceptation de soi : Bébé est né mais la silhouette de la jeune maman est encore marquée, le volume du ventre n’a pas disparu… bon nombre de mamans doivent encore porter leurs vêtements de grossesse même après la naissance de leur enfant.
Il vous a fallu neuf mois pour arriver au terme de votre grossesse, sachez qu’il vous en faudra quasiment autant à votre corps pour retrouver sa fermeté et ses formes.
Il est fréquent qu’une maman se sente « vidée » (et pour cause son ventre est vide !) et ait du mal à supporter ce corps mou et flasque.
Patience…

Se positionner en tant que mère n’est également pas chose facile. La rencontre avec bébé peut ne pas être à la hauteur des espérances de la maman : un bébé peut être prématuré, ou simplement avoir des difficultés à téter, à trouver son sommeil…
Des étapes qui peuvent être difficiles à passer pour la maman qui se sent alors incompétente face à sa petite progéniture et ne se sent pas encore mère, ce fameux instinct maternel qui ne vient pas…
Le temps et l’aide de personnel qualifié permettront de franchir ce pas.

Que faire en cas de baby blues ?

Parlez ! Ne gardez pas votre mal-être pour vous, partagez-le avec le personnel de la maternité ou avec vos proches.
Parlez de vos sentiments à votre entourage, au papa, à votre meilleure amie… confiez-vous et vous constaterez bien vite que cet état a été vécu par la plupart des mamans qui vous entourent !
Riez et pleurez avec ceux que vous aimez, cela vous soulagera et vous permettra de franchir le cap.
N’hésitez pas à contacter la PMI de votre quartier et de confier vos angoisses et vos doutes.

Si le baby blues persiste, si vous ne parvenez pas à vous sortir de cette déprime, parlez-en à votre médecin qui saura vous conseiller.
 


 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

*

code

Scroll To Top